Le kyste pilonidal, également connu sous le nom de kyste sacro-coccygien, est une affection qui peut toucher le sillon interfessier. Bien que cela puisse être considéré comme un sujet tabou, cette pathologie est plus courante que l’on ne le pense. Les raisons pour lesquelles certains individus sont plus susceptibles de développer un kyste pilonidal que d’autres ne sont pas complètement comprises. 

 

Comment se forme-t-il, pourquoi chez certains et pas d’autres, comment le soigner ? Les réponses dans cet article.

 

D’OÙ VIENT LE KYSTE PILONIDAL ?

 

Le kyste pilonidal, également appelé sinus pilonidal, est une cavité qui se forme sous la peau. Cette affection est causée par l’accumulation de poils qui s’installent dans une petite fossette sous la peau, une caractéristique anatomique que tout le monde ne possède pas. Le kyste pilonidal peut notamment se développer dans la région sacro-coccygienne, dans le sillon interfessier.

 

Les poils cassés et pointus qui se trouvent dans la fossette pénètrent le derme et migrent sous la peau, formant un trajet fistuleux qui s’étend en profondeur. Le corps perçoit cet amas de poils comme un corps étranger et réagit avec une inflammation. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le kyste pilonidal n’a pas de parois, selon la Société nationale française de colo-proctologie (SNFCP). Une coque cicatricielle, appelée granulome, se forme autour du corps étranger. Cette condition peut être dormante ou s’infecter et percer la peau.

 

Si vous pensez être atteint d’un kyste pilonidal, il est important de consulter un médecin pour établir un diagnostic précis et discuter des options de traitement possibles. Le traitement peut varier en fonction de la gravité de l’affection et peut inclure une intervention chirurgicale ou une hygiène locale adéquate pour soulager les symptômes.

 

QUELS SONT LES SYMPTÔMES DU KYSTE PILONIDAL ?

 

Le kyste pilonidal peut se présenter sous deux formes : aiguë et chronique. Dans le premier cas, il se manifeste par une tuméfaction rouge, chaude et douloureuse située entre les fesses, souvent accompagnée d’un abcès. Il est possible que du pus s’écoule des fossettes ou des orifices externes. La forme chronique peut suivre et se caractérise par des sécrétions purulentes ou sanglantes. À ce stade, la douleur peut ne plus être présente, mais des démangeaisons peuvent apparaître.

 

Une fois formé, le kyste peut être colonisé par des germes de la peau et de la sphère anale, ce qui peut entraîner des infections récurrentes. Il n’est pas possible de prévoir la survenue d’une infection ni la fréquence des surinfections, sauf dans certaines situations à risque. 

 

Si vous pensez être atteint d’un kyste pilonidal, il est important de consulter un professionnel de la santé pour obtenir un diagnostic précis et discuter des options de traitement possibles. Les traitements peuvent varier selon la gravité de la condition et peuvent inclure une intervention chirurgicale ou une hygiène locale appropriée pour soulager les symptômes.

 

COMMENT LE TRAITER ?

 

Le kyste pilonidal peut être traité de différentes manières en fonction de la gravité de la maladie. En cas d’épisode aigu de suppuration, il est recommandé de procéder à une incision pour évacuer le pus, soulager la douleur et arrêter la progression de l’infection dans les tissus environnants. Toutefois, cela ne règle pas le problème en profondeur et il est possible que le kyste s’infecte de nouveau. 

 

Si le kyste est inflammé et purulent de manière chronique, une intervention chirurgicale peut être nécessaire. La méthode la plus courante consiste à exciser complètement les fossettes inflammatoires et les trajets fistuleux. La plaie est laissée à cicatriser pendant plusieurs semaines, nécessitant des soins infirmiers quotidiens et l’évitement de la position assise pendant plusieurs mois. 

 

Un taux de récidive inférieur à 5 % est observé après cette opération. Une alternative à la méthode classique est le traitement au laser, qui utilise une sonde laser pour brûler le/les trajets fistuleux après avoir excisé les orifices d’entrée. 

 

Les suites opératoires sont généralement plus simples avec cette méthode. Les patients doivent être conscients que toute intervention chirurgicale peut avoir un impact important sur leur vie quotidienne, avec des cicatrisations longues touchant environ 1 patient sur 5.

 

QUI EST TOUCHÉ PAR LE KYSTE PILONIDAL ?

 

Le kyste pilonidal est une pathologie fréquente qui affecte souvent les adultes jeunes et se développe dans le sillon interfessier. Bien que l’origine de cette maladie soit souvent d’origine familiale, elle touche principalement les hommes (75% des cas) à l’âge adulte précoce. 

 

En France, cette maladie touche environ 26 personnes sur 100 000, et le traitement chirurgical par excision ouverte est la méthode la plus couramment utilisée. Plusieurs facteurs anatomiques et comportementaux peuvent favoriser la formation de kystes, tels qu’une forte pilosité, un pli interfessier profond, un manque d’hygiène, une peau grasse, la sédentarité ou le tabagisme. La cigarette contribue particulièrement à la formation du kyste pilonidal.

N’ignorez pas les symptômes du kyste pilonidal et n’attendez pas que la situation empire. Pour un diagnostic et un traitement experts de votre proctologue, veuillez contacter le Dr Bekkar et le Dr Gadsaud-Dauvin, des chirurgiens viscéraux expérimentées et compétentes qui utilisent des techniques modernes et peu invasives pour effectuer des examens de manière sûre et efficace sur l’île de la Réunion. Vous pouvez prendre rendez-vous au +262 262 40 60 86 ou 02.60.40.61.37 ou en réservant via prendre-un-rdv.com en cliquant sur le lien ci-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

https://www.chirurgie-digestif-proctologie.re/pragmatic

candy village