Lorsqu’on subit une intervention chirurgicale au niveau de l’anus, que ce soit pour des hémorroïdes, une fissure, une infection, une fistule ou un abcès, il est essentiel de suivre les soins et les consignes appropriés pour favoriser une cicatrisation optimale. Dans cet article, nous vous présenterons les conseils du Dr Sarah Bekkar et du Dr Guylène Gadsaud-Dauvin, deux proctologues renommées de l’île de la Réunion, afin de vous informer sur les pratiques en proctologie et l’importance de consulter un spécialiste.

 

A qui s’adressent ces conseils ?

 

Ces conseils s’adressent à toutes les personnes ayant subi une opération au niveau de l’anus, indépendamment du type de chirurgie réalisée. Il est crucial de commencer les soins dès le soir même de l’intervention et de les poursuivre matin et soir jusqu’à la cicatrisation complète.

 

Contrôler la douleur et le transit

 

La douleur est fréquente après une chirurgie de l’anus, notamment durant les 7 à 10 premiers jours après l’intervention, notamment lors de la première selle et à chaque soin. Votre proctologue vous prescrira différents médicaments pour contrôler la douleur, tels que du paracétamol et des anti-inflammatoires, en associant éventuellement des médicaments plus puissants si nécessaire. En cas de spasme anal, caractérisé par une contraction intense du muscle de l’anus, des médicaments adaptés seront prescrits. Si la douleur réapparaît quelques jours après avoir disparu, en présence d’un gonflement ou d’une rougeur près de la plaie, il est impératif de prévenir immédiatement votre chirurgien proctologue.

 

Il est également essentiel de contrôler le transit intestinal en adoptant une alimentation riche en fibres et en prenant des laxatifs si nécessaire. L’objectif est d’avoir une première selle entre le deuxième et le troisième jour après l’intervention, car un retard pourrait entraîner un durcissement des selles et une évacuation extrêmement douloureuse, voire difficile sans recourir à un lavement. Une fois la première selle évacuée, généralement de consistance molle, il est important de maintenir un transit régulier avec des selles molles, mais pas liquides. Par ailleurs, il est primordial de garder les plaies propres en se lavant correctement matin et soir, ainsi qu’après chaque selle, en utilisant simplement de l’eau et une base lavante douce.

 

Que faire en cas de saignement ?

 

Il est fréquent de constater des saignements minimes après chaque selle ou lors des soins après une intervention de la région anale. Ces saignements sont généralement normaux et ne nécessitent pas d’inquiétude. En cas de saignements plus abondants, répétés ou accompagnés de caillots, il est crucial de prévenir immédiatement votre chirurgien. En effet, dans environ 2 à 3% des cas après une chirurgie des hémorroïdes, des saignements importants pouvant nécessiter une reprise chirurgicale peuvent survenir. C’est pourquoi votre chirurgien vous recommande de ne pas vous éloigner trop loin dans les 2 à 3 premières semaines suivant une intervention de la région anale.

 

Que faire en cas de difficulté à uriner ?

 

Des difficultés à uriner peuvent survenir dans les heures ou les jours qui suivent une chirurgie de la région anale. Si ces difficultés persistent, accompagnées de douleurs abdominales ou d’une incapacité à uriner, il est important de prévenir immédiatement votre chirurgien.

 

Que faire en cas de suintements, de pertes de selle ou de pertes de fils ?

 

Après une chirurgie de la région anale, il est normal d’observer des suintements jaunâtres, parfois accompagnés d’un peu de sang, voire même de selles et d’une envie pressante d’aller aux toilettes. Ces phénomènes s’atténuent progressivement jusqu’à leur disparition complète lors de la cicatrisation. La perte d’un fil est également normale, car il s’agit de fils résorbables qui seront digérés par votre organisme ou éliminés au bout de quelques jours ou quelques semaines.

 

Que faire en cas de démangeaisons ?

 

Les démangeaisons surviennent fréquemment vers la troisième semaine après l’intervention chirurgicale et sont un signe de cicatrisation. Toutefois, en cas de doute ou si les démangeaisons sont accompagnées d’un suintement de pu, il est important de consulter votre proctologue, car cela peut révéler une infection.

 

Le rôle du magnésium dans la douleur post-opératoire

 

Le magnésium joue un rôle important dans la gestion de la douleur post-opératoire. En effet, ce minéral essentiel contribue à la relaxation musculaire et à la régulation des neurotransmetteurs impliqués dans la transmission de la douleur. Une carence en magnésium peut aggraver la perception de la douleur et rendre la récupération plus difficile. Ainsi, il est souvent recommandé de maintenir des niveaux adéquats de magnésium dans le corps après une intervention chirurgicale. Cela peut se faire par le biais d’une alimentation équilibrée incluant des aliments riches en magnésium tels que les légumes verts à feuilles, les noix, les graines et les légumineuses, ou par le recours à des suppléments de magnésium sous la supervision d’un professionnel de santé.

 

Reprise des activités normales

 

La reprise des activités sportives peut provoquer des douleurs et des saignements. Concernant la natation, elle est possible dans une piscine privée, mais déconseillée dans une piscine municipale en raison d’un risque moindre d’hygiène. En mer, il est important de rappeler que le sable peut être néfaste pour les plaies. Avant de reprendre une activité sportive ou aquatique, il est donc recommandé de demander conseil à votre proctologue. Les rapports sexuels ne sont pas interdits après une chirurgie anale, mais ils peuvent être douloureux. La sexualité anale est fortement déconseillée avant une cicatrisation complète.

 

La conduite après une chirurgie anale est généralement possible, mais elle peut être douloureuse et entraîner des saignements. Il est préférable d’éviter les longs trajets dans les 2 à 3 premières semaines suivant l’intervention afin de rester à proximité d’une structure de soins en cas de saignement important.

 

En résumé

 

Les conseils donnés après une chirurgie proctologique visent à contrôler la douleur, à maintenir un transit intestinal régulier et à veiller à la propreté des plaies. Il est essentiel de signaler tout saignement important, toute difficulté à uriner ou tout doute quant à une éventuelle infection à votre chirurgien. Enfin, il est nécessaire d’adopter une approche prudente avant de reprendre une vie normale, en tenant compte des recommandations concernant le sport, les activités aquatiques, la vie intime et les déplacements.

 

En suivant ces conseils prodigués par le Dr Sarah Bekkar et le Dr Guylène Gadsaud-Dauvin, vous favoriserez une récupération optimale après une opération anale. 

 

Pour un diagnostic et un traitement experts de votre proctologue, veuillez contacter le Dr Bekkar et le Dr Gadsaud-Dauvin, des chirurgiens viscéraux expérimentées et compétentes qui utilisent des techniques modernes et peu invasives pour effectuer des examens de manière sûre et efficace sur l’île de la Réunion. Vous pouvez prendre rendez-vous au +262 262 40 60 86 ou 02.60.40.61.37 ou en réservant via prendre-un-rdv.com en cliquant sur le lien ci-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

https://www.chirurgie-digestif-proctologie.re/pragmatic

candy village